Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Hikage Shisaku

A l'Ombre de mes pensées

Publié le par Hikage Shisaku
Hara-Kiri  "Mort d'un Samurai"

Les périodes d’automne et d’hiver sont propices pour agrandir ces connaissances cinématographique bien calé dans son canapé avec un matcha.

Hier, j’ai regardé un film japonais comme son titre l’énonce sur une partie du code des Samurai très connu du grand public sous le nom de Hara-kiri ou Seppuku qui consistait à un suicide rituel par éventration qui était réalisé pour différente raison mais toujours dans le but de racheter ses fautes et récupérer son honneur.

Pour la petite histoire cette pratique guerrière n’est pas si exotique car le suicide rituel existait aussi en Europe pendant la grande époque de Rome pour a peu près les mêmes raisons de rachat de ces fautes, mais les techniques pour se donner la mort étaient néanmoins différentes.

Le film est de 2011 avec un casting comprenant de nombreuses star de l’archipel comme :

Koji Yakusho = habituer des films du genre

Ebizô Ichikawa = Acteur vedette de Kabuki

Nagayama Eita = plutôt habituer au Drama (série japonaise)

L’histoire commence par un Samurai sans ressources «Ebizo Ichikawa» qui demande audience au maitre d’un clan jouer par « Koji Yakusho » pour recevoir l’autorisation de réaliser son Seppuku dans les murs du château étant devenu Ronin (samurai sans maitre et donc sans Clan et revenu fixe).

Koji Yakusho ne souhaitant pas que l’exécution est lieu, commence à raconter l’histoire sordide d’un jeune Samurai "Motome" qui avait fait la même démarche peu de temps avant, pour le dissuader.

Ebizo Ichikawa malgré ce récit poignant, réitère ces vœux d’accomplir le seppuku est demande alors d’être secondé par 3 samurais, mais bizarrement ceci manque à l’appel….

« En effet lors de Seppuku, après que le samurai s’ouvre le ventre il était secondé par une voir plusieurs personnes qui abrègeaient ces souffrances en lui coupant la tête »

Le chef du Clan comprend alors que cela ne peut être un coïncidence, furieux il demande alors au Samurai de s’expliquer sur ces intentions.

C’est alors que celui-ci s’exécute et explique que Motome était un proche et commence à raconter son histoire.

Les images du film sont magnifiques et les plans séquences très bien pensés donnant un cote intimiste aux scènes.

Le jeu des acteurs est de bon niveau, même si je trouve que Ebizo sur joue par moment les émotions mais en même temps comme il est acteur de Kabuki cela est un peu logique pour ceux qui connaissent le style.

Ce que je trouve intéressant c’est que le film malmène le code du samurai, si souvent idéalisé et fantasme par certains.

Attention je ne remets pas en cause la philosophie Samurai et son code d’honneur mais plus la mise en pratique réelle et j’encourage les gens intéressés de faire des recherches plus profondes que de simples connaissances.

Suite à la fin de cette article je viens de m’apercevoir que ce film est un remake de celui de Masaki Kobayashi datant de 1962 et donc je pense voir l'original rapidement :D

je mets le lien de la bande annonce version noir et blanc

Commenter cet article

Catégories

Articles récents

Hébergé par Overblog