Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Hikage Shisaku

A l'Ombre de mes pensées

Publié le par Hikage Shisaku
Aïkido descend du Sabre

Je compte plus le nombre de fois que j’ai pu entendre cette affirmation sur les tatamis….

Il est d’ailleurs très bateau aussi de rajouter que O Sensei avait une passion et une grande habilité au sabre ou à la lance ayant pour miroir dans notre pratique le Bokken & le Jo.

Morihei Ueshiba avait une vrai compréhension avec le maniement de diverses armes, il fut d’ailleurs reconnu pour sa dextérité à la baïonnette « jukendo » lors de son service militaire, waza que vous pouvez retrouver par exemple en image dans le livre BUDO de Saito Sensei.

J’entends déjà certains me dire que j’oublie le Tanto!!

C’est vrai oui et non car d’après mes recherches O sensei présentait rarement son utilisation et les techniques de désarmement sont plus le travail d’adaptation des principes des Sempai de L’Aikikai et non du fondateur lui-même.

Allen Pittman spécialiste de l’utilisation du corps voit parfaitement que Aïkido est issu des armes par les formes de corps et les choix techniques choisies, comme vous pouvez le lire dans l’article de Leo Tamaki

Alors pourquoi écrire un article sur une banalité ?

Car de mon point de vue et mon expérience propre, beaucoup de personnes pratiquent de façon automatique comme un Kata oubliant par la même occasion les concepts fondateurs.

Je m’explique il ne suffit pas de mimer en levant les bras pour insufflé l’idée de coupe dans un waza .

Une mécanique doit s’opérer au niveau du corps dans son intégralité, si l’on veut couper quoi que ce soit.

La pratique du Battodo remet d’ailleurs vite le pratiquant face à son efficacité ou non……….

L’on croise aussi souvent des personnes de tous niveaux lors de stage qui ne sont vraiment pas à l’aise avec l’utilisation des armes faute d’entrainement.

En effet certains Sensei pensent, qu’il n’est pas nécessaire d’enseigner kenjutsu, Jodo pour pratiquer à main nues, en s’appuyant sur une phrase qu’aurait prononcer O Sensei disant que cela ne servait à rien de faire des armes.

D’après ce que j’ai pu lire et entendre cette phrase aurai été prononcé pour exprimer le fait qu’il faut pratiquer les armes correctement car dans le cas contraire cela est néfaste et ne sert à rien.

Les attaques de Shomen ou Yokomen ne sont-ils pas les exemples les plus frappant d’une coupe ??

Malheureusement, ces attaques de Shomen arrivent souvent le ventre a l’air et avec une désynchronisation de la descente de la main et du corps, cela présente dans ma vision un point important d’attention dans le rôle d’Uke.

Autre exemple le Tsuki est la version Aïkido de l’Atemi des autres BUDO pour de nombreuse personnes mais cela est une erreur d'appréciation

Tsuki peut être vulgairement traduit par « pousser » et donc l’action peut être assimilée à la volonté de transpercer comme le ferait une lame ou lance.

L’intention que l’on donne sur une attaque ou sur la construction d’un waza doit intégrer la sensation de coupe pour que les choses se mettent en place sans heurt.

Il est d’ailleurs assez désagréable et efficace de ressentir une sensation qui vous découpe de part en part, cela entraine une volonté d’esquiver cette menace et met le Uke dans la dynamique qui donne la crédibilité des techniques.

Battodo

Battodo

 jukendo l'art de la baïonnette a la Japonaise

jukendo l'art de la baïonnette a la Japonaise

Commenter cet article

Catégories

Articles récents

Hébergé par Overblog